Aller au contenu

Prêts au logement, réalité, formes et effets de la concurrence pour les particuliers

ANIL, avril 1989


Cette étude a pu être menée à bien grâce à une enquête diligentée par certaines ADIL (ADIL de la Côte d’Or, du Doubs, de l’Ille-et-Vilaine, de la Meurthe-et-Moselle, de Roubaix, du Puy-de-Dôme, de la Saône-et-Loire, du Var et du Val d’Oise) auprès de leurs visiteurs en 1988, mais aussi grâce aux informations émanant de nos partenaires.

La concurrence bancaire est à l’ordre du jour.
Tout le monde s’accorde pour y voir un facteur de progrès, même si chacun la pare de vertus différentes :

  • le discours des banquiers sur la concurrence recouvre une préoccupation permanente : réaliser une égalité des conditions entre établissements de diverses catégories – par la suppression des circuits privilégiés – et ente établissements des différents pays avant l’ouverture européenne de 1992 ;
  • le souci des pouvoirs publics d’instaurer les conditions d’une véritable concurrence des prêteurs et des vendeurs correspond au souhait de réduire le coût du crédit et de moderniser l’appareil financier ;
  • ces objectifs sont légitimes, mais sont-ils suffisants pour assurer une égalité dans la répartition des bienfaits de la concurrence entre toutes les catégories d’emprunteurs et au profit de toutes les opérations ?

Téléchargez l'étude au format pdf (302 Ko)

Retour en haut de page